dimanche 6 avril 2014

La guerre de Crimée , la participation tunisienne .

Voilà une guerre pas du tout connue et pourtant elle possède une symbolique très forte .
La guerre de Crimée qui a opposée les turcs , français , anglais , sardes et tunisiens aux russes s'est déroulée entre 1853 et 1856 , je n'implique pas les tunisiens à l'empire ottoman parce que c'est sous la bannière tunisienne que notre armée s'est battue . La Tunisie était vassale de l'empire ottoman et non une province et donc c'était  bien une nation à part entière.


Turquie et ses alliés :

          Abdulmajid
France
        Napoléon III


Grande Bretagne

       Palmerston



Royaume de Sardaigne



Tunisie














                                             Abdulmajid , Napoleon III et la reine Victoria



                                         

                                                               Ahmed Bey et Napoleon III

Contre La Russie


 Nicolas I





Les origines du conflit sont la volonté de la Russie d’accéder à la méditerranée , d'un autre coté français et anglais avaient , eu même, des regards sur l'empire turc décadent et n'avaient aucune envie de laisser aux russes l'initiative de se servir avant qu'ils ne dépècent, eux mêmes, l'homme malade de l'Europe (qualificatif donné à l'empire turc) . Les russes envahissent l'Ukraine et la Roumanie , principauté tampon entre la Russie et la Turquie . Les turcs , ayant obtenu la promesse d'engagement des franco-britanniques déclarent la guerre le 4 octobre 1853.


Nous arrivons à la participation tunisienne ! Comme mentionné précédemment , le sultan turc fait du bey de Tunisie Ahmed Bey son vassal . A cette distinction , le roi envoie une armée de 15.000 hommes sous les ordres du général Rachid ,ancien caid du sahel , et avec l'assistance des cadres fraîchement  formé à la toute nouvelle école militaire du bardo  .

Ahmed Bey , roi réformateur ( abolition de l'esclavage 1846 )



Porte de l'académie militaire du Bardo , fondée en 1840 par ordre d'Ahmed Bey 



Officiers de l'armée tunisienne



L'armée tunisienne , était de  dimension très réduite par rapport aux autres armées , sous équipée et mal entraînée , elle s'est cantonnée aux attaques des avant postes russes. les "bachi-bouzouks " ( nom donné aux soldats tunisiens) ont plus brillé  par  des crimes contre les civiles que par des faits d'arme !


L'armée tunisienne perdra 5000 soldats , dont un de mes ancêtres , faisant partie du contingent des volontaires de la ville de Monastir ,  à ne pas confondre avec la 3ème brigade basée à Monastir ( armée régulière ) .

En rentrant de Sébastopol , l'armée tunisienne s'est dévissée en 3 groupes : la première est rentrée à Istanbul à pied via Odessa , la deuxième et la troisième avaient pris la mer mais arrivées à Zonguldak , la deuxième avait pris  la bonne direction alors que la 3ème a pris  la direction opposée , fatigué et sans ravitaillement , le colonel Mohamed el Tounsi décide de s' implanter dans la région d'Agh  faubourg de la ville Kastamonou  et d'y fonder le village Tunuslar ( En Tunisie )
                                                                                                                                                               
      

                                                 Tombe du Colonel Mohamed à Tunuslar




                                                                       Le village


Le reste de l'armée est bien rentrée :


Accueil de l'armée Tunisienne par Mohamed Bey ( Ahmed bey est mort en 1855) devant la casbah


150 ans plus tard , la Crimée fait de nouveau parler d'elle , et après le général Rachid de 1853 est venu le tour du général Rachid de 2011 ..l'Histoire , cet éternel recommencement !




Lavrov , ministre des affaires étrangères à tunis en pleine crise de Crimée 

3 commentaires:

  1. Merci pour l'article mais le village s'appelle Tunuslar, j'en avais déjà entendu parlé avant. :)

    RépondreSupprimer
  2. oui effectivement , j'ai mal orthographié , je corrige , merci pour la remarque !

    RépondreSupprimer